6 pratiques clés de l’Entreprise Libérée

Extrait du dossier "L'Entreprise Libérée : entre mythes et réalités" du JITEC n°221 - Numéro spécial Mai-Juin 2020

L'entreprise libérée, de quoi parle-t-on vraiment ? Sa mise en oeuvre influence-t-elle la performance de l'entreprise ? Qui sont les dirigeants qui se lancent ?

Voici un extrait des 6 pratiques clés extrait du dossier "L'Entreprise Libérée : entre mythes et réalités" du JITEC n°221 - Numéro spécial Mai-Juin 2020 (rédaction dirigée par Thésame).

 

Les partenaires du projet :

CONSEIL SAVOIE MONT-BLANC

IREGE

MONT-BLANC INDUSTRIES

UNIVERSITE SAVOIE MONT-BLANC

THESAME

 

Les 6 pratiques clés

  • Droit à l’erreur : Le droit à l’erreur est primordial si l’on souhaite « libérer » l’action des salariés. Celui-ci est néanmoins encadré par la vision d’entreprise et assorti d’une prise de recul par rapport aux erreurs commises due à l’objectif d’apprentissage permanent.

 

  • Auto-direction : Les salariés ont une liberté d’initiative qu’ils sont encouragés à exercer. L’auto-direction est relative à l’autonomisation et la responsabilisation des salariés.

 

  • Equipes de travail auto-gérées : Le travail est majoritairement effectué au sein d’équipes de travail auto-gérées dans lesquelles les décisions sont prises en équipes et chaque salariés est amené à développer ses compétences en fonction des besoins.

 

  • Prises de décisions participatives (sauf stratégiques) : Les salariés sont libres de prendre des décisions pour effectuer leur travail. Ils sont également amenés à participer à d’autres fonctions, particulièrement aux ressources humaines (recrutement de futurs collègues…). La prise de décisions stratégiques reste souvent du ressort de la direction.

 

  • Accompagnement personnalisé : Les salariés sont accompagnés à la fois dans l’autonomisation de leur travail (ex. formations) mais aussi au niveau du développement personnel (ex. coaching). Les managers ont ici un rôle clé.

 

  • Transparence de l’information (stratégique et opérationnelle) : La transparence de l’information renvoie à la possibilité pour les salariés d’obtenir les informations stratégiques et opérationnelles dont ils ont besoin pour accomplir leur travail.

3 pratiques managériales avec un effet positif sur la performance sociale de l'entreprise

  • Le droit à l’erreur
  • Les prises de décisions participatives
  • L’accompagnement personnalisé

 

Ces 3 pratiques managériales ont un effet positif notoire sur la performance sociale de l’entreprise. Parmi elles, l’accompagnement personnalisé apparaît comme une pratique managériale clé source de performance sociale.

 

Cet ensemble de pratiques est cohérent. Par exemple, si l’on encourage les salariés à participer et à prendre des décisions, il est important que leur erreurs ne soient pas sanctionnées et qu’ils soient accompagnés notamment par le développement de compétences spécifiques.

 

Ce dernier point indique à la fois que ces pratiques sont « capacitantes » et mettent en action les salariés.

 

Ainsi, si certaines pratiques managériales n’ont pas d’effet de manière isolée, elles pourraient participer au principe de cohérence. De même, nous pourrions observer un effet combiné avec d’autres pratiques managériales que nos données ne nous permettent pas d’étudier.

 

Nous suggérons également qu’il pourrait exister une temporalité d’adoption de ces pratiques ou « grappes » de pratiques. Les pratiques « capacitantes » seraient à mettre en place dans un premier temps pour faciliter « l’action » dans un second temps. Par exemple, pour faciliter la prise de décision par les salariés, la transparence de l’information et l’accompagnement personnalisé constitueraient des préalables.

JE TÉLÉCHARGE LE DOSSIER DU JITEC
Retour aux articles