Assemblée générale de Mont-Blanc Industries à Cluses le 1er juillet

Plus de 160 industriels présents

pour plébisciter le rôle essentiel de Mont-Blanc Industries

 

 

Mont-Blanc Industries quitte le pôle CIMES qui n’a pas respecté ses engagements concernant la fusion

Plus de 160 industriels et partenaires étaient présents à l’assemblée générale de Mont-Blanc Industries qui s’est tenue à l’ID center de Cluses jeudi 1er juillet.

Ce fut l’occasion de dresser un bilan particulièrement riche d’actions durant cette année de crise qui a frappé de plein fouet tout l’écosystème industriel de Haute-Savoie. Avec plus qu’un doublement du nombre d’actions réalisées auprès des entreprises, la mise en place d’un observatoire de la santé des entreprises, l’accompagnement individualisé des TPE/PME, le lancement du club Hydrogène ou encore l’accompagnement de nombreux dossiers éligibles au plan de relance, le bilan de Mont-Blanc Industries en 2020 et le travail de l’équipe ont été salués par les applaudissements de tous les industriels présents.

Mont-Blanc Industries confirme ainsi son rôle essentiel dans l’animation de l’écosystème haut-savoyard, un cluster partenarial, facteur de réussite pour les industriels, qu’il est nécessaire de renforcer. Parallèlement Mont-Blanc Industries a annoncé se retirer de CIMES, pôle né du rapprochement entre Mont-Blanc Industries et ViaMéca en 2019, en raison de divergences de culture et d’impasse budgétaire.

 

2020 : UN BILAN RICHE D’ACTIONS POUR ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DURANT LA CRISE

 

Tout au long de l’année 2020, Mont-Blanc Industries s’est entièrement mobilisé pour soutenir et accompagner les entreprises pour traverser la crise.

 

Ce sont ainsi plus de 200 actions qui ont été mises en œuvre dont 20 infolettres, 24 webinaires sur des thématiques directement liées à la crise, des appels aux TPE pour les épauler et leur proposer un soutien ciblé, des actions de coordination d’échange de bonnes pratiques.

 

Par ailleurs, Mont-Blanc Industries a mis en place, en partenariat avec la Fondation de l’Université Savoie Mont-Blanc, le laboratoire Peak de Thésame et le cabinet d’étude Infusion, l’observatoire de la santé des entreprises qui a permis de suivre l’évolution de la situation et des perspectives des entreprises membres avec 8 vagues d’enquête. Cet outil est un véritable baromètre permettant d’orienter les outils d’accompagnement des entreprises.

 

En outre, plus de 80 entreprises ont été accompagnées ou conseillées dans le cadre du plan de relance et Mont-Blanc Industries a lancé le club Hydrogène afin d’offrir une structure aux entreprises désirant se positionner sur ce marché stratégique d’avenir.

 

Menées dans le cadre d’un objectif de soutien aux entreprises, toutes ces actions sont guidées par les trois axes stratégiques définis par le Conseil d’administration de Mont-Blanc Industries :

  • L’Innovation/Performance/Mutation,
  • l’Industrie Du Futur/Digitalisation
  • et l’Industrie Durable.

 

UNE GOUVERNANCE DANS LA CONTINUITE POUR POURSUIVRE LES ACTIONS ET RENFORCER LES AXES STRATEGIQUES

 

L’assemblée générale a vu la réélection de Michel Albrieux à la présidence et le bureau exécutif a enregistré la nomination de Didier Bouvet, directeur général de BUCCI Industries France. Par ailleurs, de nouveaux administrateurs ont également été élus : Olivier Nicollin, président directeur général de Nicomatic, Philippe Cartier, président directeur général de Marcel Cartier, Laurent Carrier, directeur général d’Azêta pour le collège entreprises ainsi que Raymond Bak, directeur du CFAI pour le collège Recherche et enseignement et Cécile Dechand, directrice de la Fondation USMB pour le collège Institutions associées.

 

Ce renouvellement, dans la continuité de la gouvernance de Mont-Blanc Industries, permet de se mettre en ordre de bataille face aux échéances à venir, en poursuivant et en renforçant les actions selon les axes stratégiques : notamment, une réflexion stratégique sur l’avenir du label Mont-Blanc Excellence Industries, l’accélération des actions et du positionnement du club Hydrogène, le lancement de deux nouveaux clubs, celui des directeurs financiers et le club Industries du futur ou encore le renforcement du partenariat avec l’European Institute of Innovation and Technology Manufacturing. Enfin une réflexion sur les besoins des entreprises et l’offre de service de l’ID Center sera menée avec les partenaires.

 

 

Le nouveau Bureau exécutif de Mont-Blanc Industries :

  • Michel ALBRIEUX, Président
  • Etienne BOURGEOIS, Vice-Président
  • Christophe CHAMBET, Vice-Président
  • Pierre LATHUILLE, Vice-Président
  • Christophe NICOT, Vice-Président
  • Etienne PIOT, Vice-Président
  • Laurence DUMAZER, Trésorière
  • Alain APPERTET, Secrétaire
  • Thierry YALAMAS, Trésorier adjoint
  • Eric MASSEBEUF, Secrétaire Adjoint
  • Didier BOUVET, Membre
  • Louis PERNAT, Membre
  • Jean-Michel POU, Membre

 

MONT-BLANC INDUSTRIES, UN CLUSTER PARTENARIAL AU RÔLE MAJEUR QUI DOIT POURSUIVRE SON ACTION

 

Malgré des économies conséquentes en 2020 et une gestion, dont la rigueur et la qualité a été soulignée par la trésorière, l’année 2020 se termine avec un budget déficitaire, couvert par les fonds propres de Mont-Blanc Industries. En effet, le transfert prévu des postes de Mont-Blanc Industries vers CIMES ainsi que le versement prévu pour les actions portées par Mont-Blanc Industries au titre de CIMES n’ont pas pu être réalisés, fragilisant ainsi la structure et mettant en cause sa pérennité. Cette divergence de culture et ce blocage financier ont conduit Mont-Blanc Industries à annoncer son retrait de CIMES. La décision a été prise par le Conseil d’administration, préférant que Mont-Blanc Industries reste un cluster au service de l’écosystème haut-savoyard plutôt que d’être absorbé par un Pôle de Compétitivité avec une gouvernance très peu à l’écoute de notre écosystème.

 

Dans la continuité de 2020, Mont-Blanc Industries continuera d’aider les entreprises en les rapprochant de structures pour leur recherche de financement de leurs projets, pôles de compétitivité ou autres. Michel Albrieux, président, a de nouveau tendu la main aux partenaires et a tenu un discours rassembleur sur la complémentarité des différents acteurs de l’industries dans nos départements, à la complémentarité de leurs expertises et de leurs actions et aux bénéfices qu’ils apportent ensemble à l’écosystème et aux entreprises. « Ne brisons pas un outil qui fonctionne si bien et qui est plébiscité par les entreprises. », conclut Michel Albrieux.

 

LES INDUSTRIELS TEMOIGNENT :

 

  • Didier Bouvet, BUCCI INDUSTRIES : « Deux solutions : soit Mont-Blanc Industries est utile, soit il ne sert à rien. Vus la présence des industriels, les témoignages, les compétences de l’équipe en place, Mont-Blanc Industries est utile. Il faut au maximum tenter de rassembler. Mais rassembler veut dire aussi des conditions claires de gouvernance, de financement, de répartition des rôles de chacun. »

 

  • Isabelle Excoffier, Inventhys : « Je souhaite témoigner du dynamisme et du professionnalisme de l’équipe de Jean-Marc André : Carine, Justine, Perrine et Marjorie. Une équipe, ça prend du temps pour la construire, la fédérer, et aller vers un projet commun. Et les entreprises en ont besoin, nous en avons besoin. »

 

  • Jean-Luc Moenne-Loccoz, Gaston Perrollaz : « J’ai trouvé une équipe, des gens avec qui on pouvait travailler, qui avaient une envie d’aider le territoire. »

 

  • Christophe Nicot, NTN-SNR : « Pour NTN-SNR, qui investit beaucoup en vallée de l’Arve par ses achats par exemple, et qui a été membre fondateur de Mont-Blanc Industries, il est impensable de ne pas s’appuyer sur l’écosystème de proximité ; il est impensable que le territoire ne soit pas animé avec des acteurs de proximité, qui complètent le dispositif régional ou national. Il ne faut pas perdre l’équipe d’animation parce qu’elle a l’expérience et la confiance des adhérents et des parties prenantes.  Pour faire de l’innovation, il faut travailler avec des gens en qui on a confiance, et c’est d’abord dans la proximité qu’on développe les liens de confiance. On ne peut pas être animé seulement par des gens qui sont basés à Lyon, St-Etienne ou Clermont-Fd. On a besoin de gens qui comprennent la culture de l’écosystème pour pouvoir se projeter, pour être accompagné dans la transformation qui est aujourd’hui particulièrement nécessaire à nos entreprises. »

 

  • Damien Aguesse, DECOREC : « DECOREC est adhérent à Mont-Blanc Industries depuis sa création en 2006. Nous avons bénéficié de beaucoup d’aides : plusieurs prêts à taux zéro, un voyage apprenant à Bielefeld en Allemagne sur l’industrie 4.0, des conseils pour monter des dossiers d’appels à projets, le club Hydrogène… Autant d’actions qu’il aurait difficile d’accomplir par nous-même. »

 

  • Pierre Arboireau, Savoie Transmissions : « Savoie Transmissions est membre de Mont-Blanc Industries depuis 7 ans, labellisée Mont-Blanc Excellence Industries 2 fois, membre du club BouRSE, du club de fabricants de machines spéciales, GIE Val’Essor 74 entre autres. Rassembler, c’est la grande force de Mont-Blanc Industries. Le plus important, c’est de nous faire sortir de nos grottes pour faire des projets collaboratifs comme ceux présentés ce soir. C’est la plus grande force de Mont-Blanc Industries qu’on ne retrouve pas dans tous les écosystèmes. »
JE TELECHARGE LE COMMUNIQUE DE PRESSE
Retour aux articles