La fabrication additive métallique – Auvergne-Rhône-Alpes dans le wagon de tête français

Toujours à Intercut, salon de l’usinage qui se tenait au tout nouveau IDCenter de Cluses, nous avons continué de faire le point avec deux spécialistes de la fabrication additive métallique en Auvergne-Rhône-Alpes Stéphane Maniglier, du CETIM Cluses et Franck Simon du Pôle de compétitivité CIMES (né de la fusion entre ViaMéca et Mont-Blanc Industries).

 

Après avoir passé en revue les différentes techniques et opportunités de la fabrication additive métallique (cf. article précédent), ils nous parlent de l’effervescence qui règne en Auvergne-Rhône-Alpes autour de ce sujet et de la mobilisation de l’écosystème.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a saisi à bras-le-corps le sujet de la fabrication additive métal et de ses perspectives pour l’industrie. Elle soutient à hauteur de 21 millions d’euros depuis 2016 de nombreux projets collaboratifs issus de l’écosystème régional, regroupés autour du consortium régional Initiative 3D et impliquant des industriels de la région.

 

Ce sont 100 équivalents temps plein (ETP) qui sont mobilisés dans le monde académique et dans les centres techniques sur la fabrication additive métallique dans Initiative 3D, un effort comparable à l’Ile de France. Toutes les technologies de fabrications additives sont étudiées, toute la chaine de valeur de la conception à la caractérisation des pièces. Cela représente 7 labos académiques, plusieurs centres techniques, un GIE adossé au Labex Manutech reconnu laboratoire d’excellence, une plateforme technologique qui intègre ces technologies dès la conception et forme des techniciens (cf. encadré à la fin de l’article).

 

Par ailleurs, un large panel d’industriels, fabricants de machines, fabricants de matières, spécialistes du parachèvement des pièces sont sur le coup. Et tous les secteurs d’activités, toutes les filières représentées dans la région sont en veille, en demande ou en étude et contribuent à l’effervescence en Auvergne-Rhône-Alpes autour de la fabrication additive.

Des projets structurés par filière

C’est ainsi que se développent des programmes par filière industrielle dans la région. Deux projets concernent la filière aéronautique : le premier, Aéroprint est mené par Dassault à Argonay (74) pour développer les procédés d’industrialisation de fabrication additive métal appliqués à la filière.

Le deuxième est le projet FUI Almée mené par Thalès Avionics à Valence (26) pour permettre la mise en œuvre d’alliage d’aluminium à faible taux de silicium dans la fabrication d’équipements électroniques aéronautiques.

 

La filière médicale de son côté s’appuie, notamment sur les travaux réalisés par les plateformes précédentes du CETIM Orthopé et Fadiperf.

 

Quant à la filière énergétique, le CEA a pris le lead sur le projet Famergie (pour fabrication additive métallique pour l’énergie) : un travail sur les structures lattices (en treillis) notamment sur les échangeurs de chaleur.

 

Le CT IPC (Centre Technique Industriel de la Plasturgie et des Composites) à Oyonnax travaille sur la filière de l’outillage et ses résultats ont déjà permis de rapatrier certaines productions en France. Les filières du luxe ou de la fabrication machine sont aussi concernés.

 

Il existe d’autres projets comme la création d’Add Up dont l’objec­tif est de nouer une alliance entre Fives et Michelin pour devenir un leader mondial sur le segment innovant de solutions indus­trielles de grande production, ou SOFIA, un projet collaboratif dans le domaine de la Recherche et du Développement.

 

C’est dans ce contexte régional que le salon 3D Print de Lyon est devenu une référence internationale dans le domaine de la fabrication additive. A l’occasion de sa 7e édition, Initiative 3D organise sa journée « fabrication additive métallique » les 16 et 17 juin prochains (le salon se termine le 18).

Les partenaires regroupés dans Initiative 3D, structure portée et animée par le pôle CIMES, et le SIMAP pour la partie académique

Les partenaires académiques:

  • Le LTDS de l’ENISE,
  • Le LGF de l’Ecole des Mines de Saint-Etienne,
  • L’Institut Pascal de l’Ecole Sigma à Clermont-Ferrand,
  • Les laboratoires Lamcos et Mateis de l’INSA Lyon.
  • Le G-Scop et le SIMAP de Grenoble INP.
  • L’ECAM de Lyon

 

Les centres techniques :

  • Le CETIM (Centre technique des industries mécaniques)
  • Le CT-IPC (Centre Technique Industriel de la Plasturgie et des Composites).
  • Le CTIF (Centre technique des industries de la fonderie),
  • Le CEA

 

Un GIE, une plateforme

  • MANUTECH-USD sur le campus Carnot de l’Université Jean Monnet de St Etienne est un projet multidisciplinaire qui va de l’interaction laser / matière à la texturation de surfaces.
  • La plateforme technologique ID PRO, portée par le Lycée Polyvalent Aragon Picasso (Givors), pratique la fabrication additive depuis 2002 et la fabrication additive métal depuis 2007, ce qui permet aux équipes l‘intégration de ces technologies dès la conception. Ce lycée forme des techniciens sur ces nouveaux procédés de la conception à la fabrication de pièces.
Retour aux articles