Observatoire de la Santé des Entreprises [9]

Résultats de la neuvième vague

Chiffre d’affaires en baisse pour 8 entreprises sur 10 en 2020.

Mais hausse attendue en 2021 pour 50% d’entre elles.

Confinement : un impact non négligeable sur les collaborateurs et les entreprises.

La 9e vague de résultats de l’Observatoire de la santé des entreprises mis en place depuis le mois de mars par Mont-Blanc Industries, en partenariat avec le cabinet Infusion, la Fondation de l’Université Savoie Mont-Blanc et Thésame (Lab Peak), a été publiée le 2 février 2021. Trois mois après la précédente vague (20 octobre) et après un deuxième confinement auquel s’est substitué le couvre-feu, 156 entreprises ont répondu à l’enquête, soit la plus grande participation depuis le lancement de l’observatoire. Plusieurs points sont à noter :

2020 : BAISSE DE CHIFFRE D’AFFAIRES POUR HUIT ENTREPRISES SUR DIX ET RESULTAT NET EN BAISSE POUR SEPT SUR DIX

L’amélioration de l’activité de la fin d’année (taux d’activité moyen de 79,2% au dernier trimestre 2020) n’a pas permis d’éviter la baisse de CA par rapport aux prévisions initiales 2020 : 78% des entreprises ont ainsi eu un CA en baisse, soit 8 points de plus que ce qui était estimé en octobre.

 

Ceci se retrouve également sur le résultat net, qui est également plus faible que celui attendu pour 71% des entreprises. Malgré tout, conséquence des mesures mises en œuvre par les dirigeants et des mesures économiques de l’Etat, près de 27% des entreprises déclarent un résultat net stable ou en hausse, limitant ainsi le risque de défaillance qui passe de 15,3% à 9% entre octobre 2020 et janvier 2021. Par ailleurs, la situation de la trésorerie se maintient à un niveau stable ou aisé pour 85% des entreprises.

EN 2021, PRÈS D’UNE ENTREPRISE SUR DEUX A DES PERSPECTIVES D’AMÉLIORATION DE CHIFFRE D’AFFAIRES ET LES 2/3 PREVOIENT DES EMBAUCHES, MAIS UNE SUR DIX EST EN GRANDE FRAGILITÉ

Près de la moitié des dirigeants (46%) projette une amélioration du CA pour 2021 avec à la clé des perspectives de recrutement. Les 2/3 prévoient ainsi d’embaucher dès 2021 en CDD ou CDI (40%) et faire appel à du travail temporaire (24%).

 

Cette progression envisagée de l’activité se veut la conséquence d’un meilleur respect des quantités déjà commandées (77%, soit + 8,7 pts) et des prévisions de commandes (62%, soit +17,5 pts). Les engagements sur les délais de paiement (93%) et sur les prix d’achats (93%) restent à un nveau élevé. Tous ces chiffres témoignent de relations clients-fournisseurs inchangées ou meilleures.

 

Cependant 20,5% anticipent toujours une baisse de leur CA et 7,1% n’ont pas de visibilité. Malgré les mesures de soutien du gouvernement, 15% des entreprises n’arrivent pas à reconstituer leur trésorerie. Ainsi, environ 13% des entreprises continuent de solliciter le report de leurs échéances de charges : crédits (13%) et sociales (14%). 9% courent un risque de défaillance dans les prochains mois ou semaines.  Si ce chiffre est en nette diminution comparée au 21% de mai 2020, ceci peut laisser craindre un effondrement des entreprises les plus fragiles au fur et à mesure du désengagement du gouvernement si l’activité ne reprend pas parallèlement plus fortement.

 

L’analyse met en lumière la plus grande fragilité des TPE qui ont une trésorerie plus difficile que la moyenne (17,9%, contre 14,7%), un niveau d’activité moins bon au dernier trimestre 2020 (20,5% soit -9,5pts) et ont une vision nettement plus pessimiste de leurs perspectives en termes de chiffre d’affaires pour 2021 (en baisse pour 35,9% soit +15,4pts de plus que la moyenne et 12,8 % sont sans visibilité).

FACE À LA CRISE : DIVERSIFICATION, INNOVATION ET APPEL AU PLAN DE RELANCE

La crise aura obligé la majorité des entreprises à se reposer la question des marchés et des offres qu’elles adressent. Ainsi, 79% veulent se diversifier vers de nouveaux marchés. L’innovation est également au cœur des solutions envisagées, notamment l’innovation collaborative avec les clients pour 68% et l’innovation produits (62%) ou services (36%). 52% veulent accélérer la digitalisation de leur entreprise.

 

Une entreprise sur deux a fait appel au plan de relance pour l’industrie de l’Etat et de la Région Auvergne Rhône-Alpes, en particulier pour l’investissement. L’aide aux investissements « industrie du futur » a été la plus sollicitée (52%), suivie du plan de relance pour la filière automobile (40 %) et du plan de relance pour la filière aéronautique (22%).

JE TELECHARGE LE RAPPORT

UN 2E CONFINEMENT AUX IMPACTS RÉELS ET LA CRAINTE D’UN 3E

Le deuxième confinement aura eu un impact négatif pour 35% des entreprises. Celui-ci a été multiple, soulignant le caractère systémique de ce type de mesure : baisse d’activité (48%), baisse de moral des équipes (33,8%), perte de commande (18%).

 

Les craintes d’un 3e confinement portent essentiellement sur deux mesures qui seraient particulièrement préjudiciables aux entreprises car à forts impacts : un confinement strict et généralisé pour 28% et une fermeture des écoles pour 21%.

JE CONSULTE LE COMMUNIQUE DE PRESSE
Retour aux articles