Plan de Relance de la filière automobile

Deux adhérents détaillent leurs investissements

Quels sont les projets des lauréats adhérents de Mont-Blanc Industries ?

 

Le Plan de Relance de la filière automobile permet de subventionner les projets de modernisation de 23 entreprises en Haute-Savoie (retenues à mi-mars). Sachant que les candidats peuvent encore répondre aux appels à projets jusqu’au 1er juin 2021.

Focus sur deux lauréats qui décrivent leurs investissements et les stratégies qui en découlent : Monnet décolletage à Scionzier et Bontaz à Marnaz, accompagné par Mont-Blanc Industries.

Objectif hybride

Monnet Décolletage, filiale du groupe Ekaim, compte un effectif de 40 personnes pour un chiffre d’affaires annuel qui s’élève à 8 millions d’euros.

L’entreprise réalise 70 % de son CA sur le marché automobile et plus de 50 % sont réalisés à l’export. Notamment spécialisé dans la conception de pièces en grandes séries destinées aux moteurs essence, Monnet Décolletage renforce sa stratégie vers la motorisation hybride afin de rester dans son cœur de métier tout en étoffant ses débouchés.

 

« Avant de faire une transition vers le tout électrique, l’hybridation aujourd’hui, par l’association d’un moteur thermique et d’un moteur électrique, nous offre la possibilité de fabriquer encore plus de pièces de décolletage, observe Gilles Monnet, directeur général de l’entreprise. Nous avons donc tout intérêt à produire pour ce type de véhicules. »

 

 

 

 

 

A la conquête du monde

Grâce au Plan de Relance de la filière automobile, Monnet décolletage va pouvoir consolider son positionnement sur le marché chinois avec un partenaire historique.

L’entreprise schonverote va investir dans des moyens de production 4.0, (appareils de métrologies, machines-outils avec des outils de collecte, de traitement des données) opérationnels avant la fin de l’année 2022.

Sur la base de sa longue et solide expérience à l’international (en Asie, Corée du Sud et Chine en tête, au Mexique et Brésil notamment), elle prévoit un accroissement d’activité, lié à une hausse de volume de pièces produites de l’ordre de 20 %. Soit une augmentation du chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros et la création de cinq emplois supplémentaires.

Enrichir les savoir-faire

Le groupe Bontaz est une société de dimension internationale qui compte 4 000 salariés dans ses 24 sites répartis dans 12 pays. Chaque année, le groupe marnerot enregistre un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros, dont 99 % sont réalisés sur le marché automobile (92 % voiture 8 % camion) pour la fabrication de pièces et de sous-ensembles innovants.

 

Grâce au Plan de Relance, Bontaz ambitionne de consolider ses marchés existants et d’en conquérir de nouveaux, en étoffant ses compétences vers la conception de pièces mécaniques dotées de fonctions électroniques et d’intelligence artificielle.

 

 

Intelligence embarquée

Bontaz va utiliser le fonds du Plan de Relance de l’automobile d’un montant de 520 000 € pour concevoir une vanne motorisée utilisée dans les circuits de refroidissements des véhicules dotée d’une intelligence artificielle embarquée.

 

Le projet B-Lin représente un investissement total estimé à 800 000 € pour une échéance fixée au deuxième semestre de l’année 2022.

Directement reliée au calculateur de la voiture, la vanne sera en mesure d’envoyer des informations, mais aussi de réaliser des autodiagnostiques pour réguler la température de différents systèmes (chauffage, climatisation, batterie, moteur…) et d’adapter la vitesse de refroidissement aux besoins en temps réels.

 

« Nous pourrons embarquer ce type de protocole de communication dans d’autres produits conçus par Bontaz dans le futur », anticipe Stéphane Perotto, directeur Recherche et Développement.

Article rédigé par Sandra Molloy, journaliste avec la participation de Gilles Monnet MONNET DECOLLETAGE et Stéphane Perotto BONTAZ

Retour aux articles