Qu’est-ce que la cobotique ?

Cobotique, Auvergne-Rhône-Alpes parmi les leaders

 

Alors que la France est au 18e rang mondial pour la robotisation de son industrie, il s’avère qu’elle serait le deuxième marché mondial pour la cobotique. Bien qu’encore émergent, ce marché est en plein développement et l’écosystème d’Auvergne-Rhône-Alpes y prend toute sa place et tire son épingle du jeu. Qu'est-ce que la cobotique ?

Qu'est-ce que la cobotique ?

Revenons aux définitions et aux enjeux : la cobotique, c’est la robotique mais qui, au lieu de remplacer l’humain, collabore avec lui. La machine sort de sa cage et se met au service de l’opérateur pour accomplir les tâches répétitives, pénibles ou à faible valeur ajoutée. Ces mêmes tâches qui sont à l’origine de la plupart des pathologies squeletto-musculaires rencontrées par des travailleurs, notamment dans l’industrie.

La cobotique propose ainsi une réelle avancée en termes de qualité de vie au travail pour de nombreux emplois autant qu’elle améliore la compétitivité des entreprises.

 

L’utilisation de ces technologies est encore émergente. Pourtant, déjà des applications futures se dessinent. Aujourd’hui, on connait essentiellement de la cobotique, les bras manipulateurs légers ou encore des dispositifs médicaux d’endoscopie qui intègrent des modèles de correction de geste. On pense aussi aux exosquelettes qui viennent augmenter les capacités physiques de l’opérateur.

Je découvre la gamme de cobots TX2TOUCH de Stäubli

L’avenir de la cobotique, la transitique et la logistique

Mais on voit arriver une nouvelle cobotique dite de logistique et de transitique. De petites machines autonomes dans un univers industriel qui se déplacent pour effectuer des tâches de déplacement de petit matériels ou petits colis en interne, non pas pour de l’approvisionnement de chaîne de production mais bien pour apporter outils, compléments ou autres à la demande.

Des robots mobiles existaient déjà mais leur mise en oeuvre rencontre plus de succès aujourd’hui grâce aux nouvelles briques technologiques dont ils disposent – capteurs, capacité de retour de force, vision haute-définition, intelligence artificielle. Et l’avenir est selon Frédéric Helin, directeur de Coboteam, aux robots mobiles emportant un bras manipulateur léger. Ces dernières innovations en sont encore au stade de la preuve de concept (la fameuse POC (proof of concept)). Déjà, un modèle existant d’une marque connue dans le bassin annécien est capable d’intervenir à n’importe quel endroit du process avec différents outils – pince, ventouse, aimant, imprimante 3D, poinçon, soudeuse, caméra, etc.

Qu’est-ce que la cobotique ? Des innovations qui donneront l’occasion de repenser les process de production, de les adapter de façon plus intégrée, de compléter les nouvelles architectures de l’industrie 4.0.

Un écosystème vertueux

Et si on parle de Coboteam ici, c’est bien parce que c’est le symbole d’une filière qui marche sur notre territoire. Le cluster labellisé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes anime un écosystème particulièrement performant et vertueux.

 

Tout est là, les labos universitaires comme l’INSA à Lyon, l’INRIA à Grenoble ou l’Institut Pascal à Clermont-Ferrand, les industries qui ont des besoins, des starts-up qui développent des briques technologiques, les pôles de compétitivité Minalogic et CIMES né de la fusion entre Via Méca et Mont-Blanc Industries, et une volonté politique. De vraies synergies sont à l’oeuvre avec l’ensemble des savoir-faire de la robotique, de la mécanique, de la mécatronique, du logiciel ou encore de la DATA présents sur ce territoire.

 

Ce n’est pas pour rien si Coboteam, reconnu au niveau international, a signé à Deagu, en Corée du Sud, un accord donnant naissance à un premier consortium mondial de robotique. Ce consortium regroupe Coboteam, les américains Silicon Valley Robotics et Mass Robotics (implanté à Boston, dans le Massachusetts), le chinois Zria et le sud-coréen Repa.

Découvrir le cluster COBOTEAM

Quelques chiffres sur la robotique en Auvergne-Rhône-Alpes (source AURA - Coboteam)

  • 500 entreprises
  • 19 000 emplois
  • 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé en 2018

 

 

Article rédigé par AJUSTE COMMUNICATION

Retour aux articles