Maintenance 4.0, découvrez comment Savoie Transmissions innove

Alors qu’elle distribue des machines de transmission high-tech conçues par les leaders du secteur, la PME de Chavanod se lance dans la maintenance 4.0. Avec à chaque niveau - curatif, préventif, prédictif et prescriptif - des solutions dédiées. Une diversification qui place l’innovation au cœur de sa stratégie.

 

Objectif de la maintenance 4.0 : apporter plus de technologies digitales à ses clients pour optimiser l’outil industriel.

 

C’est en 2014 que Savoie Transmissions choisit de développer la maintenance dans le domaine des transmissions industrielles, avec l’objectif d’apporter de l’innovation via la maintenance 4.0. « Nous mettons au point avec des spécialistes des solutions 4.0 pour pouvoir gérer à distance les opérations de maintenance de nos clients », explique Pierre Arboireau, Pdg de Savoie Transmissions, qui a opéré cette mutation il y a cinq ans lors du rachat de l’entreprise, basée à Chavanod.

Le 4.0 au service de la maintenance

Ce choix stratégique se traduit aujourd’hui par le déploiement d’une offre complète de services hébergés sous la marque Mataki.

Il existe quatre niveaux de maintenance :

  • curative,
  • préventive,
  • prédictive,
  • prescriptive.

Des solutions de maintenance 4.0 à tous les niveaux

Pour chacun d’eux, Savoie Transmissions a développé une solution dédiée.

 

L’impression 3D

À l’instar de l’impression 3D, sous-traitée chez Initial, pour remplacer dans l’urgence les pièces qui ne sont plus disponibles sur le marché.

 

La réalité augmentée

Et aussi un casque à réalité augmentée, dont elle a créé l’application avec le partenariat d’Hyperfonction dans une logique de prévention, de gain de temps et de garantie des opérations.

 

Capteur pour la maintenance prédictive

S’agissant de la maintenance prédictive, c’est un capteur qui a vu le jour. Placé sur la machine, il mesure sans câble, une à plusieurs fois par jour, la température, les pressions atmosphérique et hygrométrique ainsi que le champ magnétique et les vibrations sur trois axes, selon la norme Iso 10816. Et le client reçoit systématiquement une alerte e-mail dès que les seuils qu’il a lui-même définis sont dépassés.

« L’intérêt de la maintenance conditionnelle est de pouvoir intervenir aux premiers signes de faiblesse », pointe le dirigeant.

 

Maintenance prescriptive

Enfin, la maintenance prescriptive est assurée par un gros boitier  rempli de capteurs relié à la machine « pour procéder à l’analyse vibratoire à distance, et si besoin prescrire un équilibrage, un alignement laser voire un changement de roulement ».

Réduire l'obsolescence pématurée de l'outil industriel

Pour Pierre Arboireau, ces outils doivent avant tout permettre à ses clients d’optimiser leur parc machine et réduire l’obsolescence prématurée de leurs appareils. « Plus nous interviendrons en amont, plus la maintenance en sera optimisée et moins élevés seront les coûts ». Soit une économie de 10 à 20 % sur la facture.

Preuve de sa capacité à innover, Savoie Transmissions a été retenue (elle est la seule entreprise du pôle Mont-Blanc Industries !) pour le projet européen IoT4Industry  et planche, avec Inventhys, sur un nouveau capteur pour élargir son offre de maintenance 4.0.

Déployer l'offre de maintenance 4.0 sous forme de franchise

De quoi doper son volume d’affaires dans les années à venir. À date, Savoie Transmissions, qui en est seulement au début de l’aventure, a signé 16 contrats de maintenance globale et vise les 50 d’ici deux ans. Pierre Arboireau ambitionne aussi d’étendre son offre à d’autres entreprises sous forme de franchise. Et n’exclut pas de grandir par acquisitions externes si l’opportunité se présente.

Comme cela a été le cas fin 2018 quand il a racheté CMP (1 M€ de CA, environ 10 salariés), petit fabricant suisse de machines de vernissage et polissage pour l’horlogerie, avec dans l’idée de se développer sur le marché helvète. L’export, une piste confirmée par les experts du label Mont-Blanc Excellence Industries, selon le dirigeant.

Faire évoluer la gouvernance

Dans le cadre de sa stratégie et de l’amélioration de sa rentabilité par activité (distribution, maintenance et périphériques de travail), Savoie Transmissions s’est engagé dans un 2e cycle du label Excellence.

« L’audit à 360° de nos pratiques a confirmé que nous avions tous les outils en main. Reste désormais à les utiliser à bon escient pour faire progresser l’entreprise. Il permet aussi de se comparer au tissu industriel et de voir ce qui se fait dans les autres PME du réseau pour définir des pistes d’amélioration».

« Nous avons créé des briques, aujourd’hui on doit construire un mur », positive Pierre Arboireau. Et cela passera par une adaptation des pratiques managériales à la nouvelle taille de l’entreprise, qui s’inscrit désormais dans une logique de priorisation organisationnelle après cinq ans d’investissements.

Savoie Transmissions réalise depuis cinq ans une croissance annuelle de 5 à 10 % pour atteindre un chiffre d’affaires 2018 de 4,5 millions d’euros. L’activité distribution représente les trois-quarts de son chiffre et la maintenance 25 %. D’ici trois ans, elle devrait passer à deux-tiers/un tiers et générer 6 millions de recettes.

 

 

Patricia Rey, Journaliste

Retour aux articles